Les élèves en situation de handicap au lycée

Publication : 23 janvier 2023

Différentes possibilités de scolarisation existent pour les lycéens en situation de handicap ou à besoins éducatifs particuliers, tant en formation initiale qu’en apprentissage.

Les plans d'accompagnement au lycée

Le PPS (projet personnalisé de scolarisation)

En fin de 3e, pour assurer la continuité du parcours scolaire, l’équipe de suivi de la scolarisation et l’enseignant référent veillent à actualiser le PPS (projet personnalisé de scolarisation). Ils tiennent compte des décisions d’orientation du conseil de classe et informent l’équipe éducative du lycée d’accueil des aménagements nécessaires.

Si le handicap ou la maladie surviennent au cours de la scolarité, un PPS peut être bâti par l'équipe pluridisciplinaire d'évaluation de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) de son département de résidence en collaboration avec la famille et l'équipe éducative. Ce dernier pourra prévoir la mise en place d'aides matérielles et/ou humaines nécessaires au bon déroulement de la scolarité et la désignation d’un enseignant référent pour l’élève et sa famille.

De plus, le lycéen en situation de handicap peut bénéficier, pour faciliter sa scolarité et sa vie quotidienne :

  • d’aménagements des conditions pour passer les examens et les contrôles ;
  • de séances de rééducation, effectuées au lycée ou à domicile ou en cabinet, par des professionnels du Sessad (service d’éducation spécialisée et de soins à domicile).

Le PAP (plan d'accompagnement personnalisé) ou le PAI (projet d'accueil individualisé)

Les PAP (plan d’accompagnement spécialisé) et PAI (projet d'accueil individualisé) se poursuivent à l’identique au lycée, sauf si les besoins de l'élève évoluent. Si les troubles ou la maladie surviennent au cours de la scolarité, un PAP ou un PAI peuvent être mis en place.

En Ulis

Lorsque c’est nécessaire, le jeune peut bénéficier de l’appui d’une Ulis (unité localisée pour l'inclusion scolaire) au sein du lycée. Un enseignant spécialisé, coordonnateur de l’Ulis, adapte sa méthode de travail et les exercices aux besoins spécifiques de chaque élève.

Moins nombreux qu’au collège, les dispositifs Ulis existent surtout en lycée professionnel. L’adolescent s’y perfectionne dans les disciplines générales, tout en s’initiant aux techniques professionnelles. Grâce à des stages, il se confronte également aux réalités du terrain.

En établissement médico-social

Dans certains cas, l’élève pourra poursuivre sa scolarité dans l’unité d’enseignement d’un EMS (établissement médico-social). Cela lui permet de bénéficier de soins et de rééducations, mais aussi d’une scolarisation au sein d’une unité d’enseignement et d’une formation professionnelle.

Le projet d’accompagnement de chaque jeune mentionne les enseignements et les actions éducatives adaptées qui doivent être proposés.

L’entrée dans un établissement médico-social se fait sur notification de la CDAPH.

L’apprentissage adapté

Si tous les apprentis en situation de handicap peuvent suivre leur formation dans des CFA (centres de formation d’apprentis) ou au sein d’une unité de formation d’apprentis, ils peuvent aussi bénéficier d’un soutien spécifique dispensé par des dispositifs d’apprentissage adaptés ou par des CFA spécialisés. Un référent handicap est présent dans tous les CFA.

Réfléchir à son orientation

Dès la seconde, l’élève doit se préoccuper de son orientation. Pour cela, les élèves peuvent visiter les établissements d'enseignement supérieur, contacter les référents handicap des structures envisagées. Comme tous les candidats, les futurs étudiants en situation de handicap ou à besoins éducatifs particuliers seront soumis à l’ensemble de la procédure Parcoursup.

Information école inclusive

Les cellules d’écoute et de réponse, dans chaque DSDEN (direction des services départementaux de l’Éducation nationale), ont pour objectif d’informer les familles sur les dispositifs existants et le service public de l’école inclusive et de répondre aux questions sur le suivi du dossier de leur enfant. Elles sont joignables au numéro unique : 0 805 805 110 (service gratuit + prix d’un appel local).

La cellule ministérielle « Aide handicap école » est joignable au 0 800 730 123 (numéro accessible aux personnes sourdes et malentendantes).

Vous pouvez également écrire à l'adresse : aidehandicapecole@education.gouv.fr.