Scolarité et autisme

La scolarisation des élèves avec autisme

Publication : 17 mai 2022

La scolarisation de l'élève présentant un TSA (trouble du spectre de l'autisme) doit se faire dans un cadre éducatif approprié : inclusion scolaire et continuité d'un parcours adapté aux compétences et aux besoins de chaque élève.

Individuelle

L'autisme peut prendre des formes diverses ; selon qu'il s'accompagne ou non d'autres troubles, notamment une déficience intellectuelle, les modalités de scolarisation seront différentes.

Pour certains jeunes, une scolarité individuelle est envisageable moyennant des aménagements et, surtout, un accompagnement par un AESH (accompagnant des élèves en situation de handicap) à temps plein ou à temps partiel et le suivi par un Sessad (service d'éducation spéciale et de soins à domicile) ou un enseignant spécialisé.

Les jeunes présentant un autisme dit de haut niveau ou syndrome d'Asperger (sans déficience intellectuelle) peuvent réussir leur parcours scolaire en milieu ordinaire, de l'école élémentaire à la terminale et jusqu'à l'enseignement supérieur pour certains.

Avec l'appui d'un dispositif collectif d'inclusion

Pour bénéficier de l'appui d'un service d'inclusion, les jeunes autistes doivent être capables d'assumer les contraintes et les exigences de la vie en collectivité et de communiquer avec les autres.

Selon les possibilités locales, ces élèves bénéficient de l'appui d'un dispositif spécifique à l'autisme ou bien aux élèves présentant des troubles des fonctions cognitives.

En Ulis école (unité localisée pour l'inclusion scolaire), en Ulis collège puis en Ulis lycée, les élèves autistes sont scolarisés dans une classe de référence en fonction de leur niveau scolaire et bénéficient plusieurs heures par semaine de temps d'enseignement adapté, dispensé par un coordonnateur d'Ulis.

En unités d'enseignement à l'école maternelle ou à l'école élémentaire

Depuis la rentrée scolaire 2021, plus de 330 unités d’enseignement ont été créées dans des écoles maternelles et élémentaires pour accueillir des élèves autistes. Ces dispositifs médico-sociaux accueillent au maximum 7 enfants âgés de 3 à 6 ans, en école maternelle, pour assurer leur accompagnement pendant 3 années au maximum. À l'école élémentaire, ces unités accueillent au maximum 10 élèves de 6 à 11 ans.

Les interventions pédagogiques, éducatives et thérapeutiques sont réalisées par une équipe associant un enseignant et des professionnels médico-sociaux.

Des aides techniques et adaptatives sont proposées aux parents, dont l'implication est essentielle au bon développement de l'enfant.

Dans un "dispositif d’auto-régulation"

Le "dispositif d’autorégulation" est une nouvelle forme de scolarité́ inclusive : les enfants sont dans leur école, dans leur classe ordinaire, avec leurs camarades de même âge, mais bénéficient, selon un programme individualisé, d’un enseignement "d’autorégulation". Une pièce au sein de leur école, leur est dédiée. Dans cette pièce, une équipe spécialisée accueillent les élèves tout au long de la journée afin de leur apprendre des techniques pour réguler leur attention, leur comportement et leurs émotions. Ensuite, les élèves retournent dans leur classe.

Dans un établissement médico-social

Les jeunes qui présentent un autisme associé à des troubles cognitifs importants trouveront un environnement adapté à leurs besoins dans un établissement médico-social de type IME (institut médico-éducatif) ou de type sanitaire (hôpital de jour) ; la scolarité y est suivie dans le cadre de l'unité d'enseignement attachée à l'établissement. Dans un établissement spécialisé, scolarité et soins sont proposés au sein du même établissement.