Inclusion scolaire : un accompagnement global

Publication : 22 juin 2020
L'inclusion scolaire est encore loin d'être réalisée pour tous les jeunes en situation de handicap. Parcours scolaires hachés, scolarisation partielle, précarité des AESH, prise en charge financière insuffisante... autant de difficultés qui ont conduit le CESE (Conseil économique, social et environnemental) à présenter un avis comprenant une série de préconisations.

 Un accompagnement précoce

Cet avis fait état des difficultés rencontrées par les jeunes en situation de handicap et leurs parents pour la mise en place d'un accompagnement précoce et adapté et propose des solutions. Première préconisation, repérer le handicap le plus tôt possible et mettre en place un accompagnement précoce, sans attendre le diagnostic. Cela permettrait notamment d'améliorer les capacités des jeunes, de réduire les risques de sur-handicap et favoriser leur inclusion sociale. La situation des AESH (accompagnant des élèves en situation de handicap) reste précaire, aussi le CESE préconise de valoriser et stabiliser le métier d'accompagnant par la création d'une filière des métiers de l'accompagnement.

Les activités artistiques, culturelles ou sportives améliorent les habiletés motrices, sociales ainsi que la créativité et le développement des fonctions cognitives des jeunes en situation de handicap. L 'évaluation de leurs besoins pour participer à des activités extrascolaires pourrait être effectuée par les MDPH (maison départementale des personnes handicapées), ou le médecin scolaire pour les jeunes sans PPS (projet personnalisé de scolarisation).

Renforcer la coopération entre milieu ordinaire et médico-social

En milieu ordinaire, spécialisé ou en scolarité partagée, les modes de scolarisation varient en fonction des besoins des jeunes. Pour améliorer leur inclusion scolaire, le CESE propose la création de parcours mixtes, de mobiliser davantage l'expertise des professionnels, d'augmenter le nombre d'enfants suivis par les Sessad, de déployer dans tous les territoires les PIAL (pôles inclusifs d'accompagnement localisés) dits renforcés, ou encore les équipes mobiles d'appui médico-social.

Mieux former

La formation des enseignants au repérage et à l'accompagnement des élèves en situation de handicap doit être renforcée et élargie à l'ensemble de la communauté éducative. Dans cet objectif, une plateforme " Cap école inclusive " a récemment été créée et accompagne les enseignants dans leurs pratiques pédagogiques. D'autres moyens sont envisagés : un nombre d'élèves inférieur à 24 par classe jusqu'au collège, une augmentation du nombre de personnels qualifiés apportant une aide à la scolarité dans le premier degré et des moyens horaires supplémentaires pour le second degré.

Faciliter l'accès aux soins

Le CESE préconise une plus grande couverture des soins par l'assurance maladie, avec un meilleur remboursement de certaines consultations (ergothérapie, psychomotricité, psychologie) et à plus long terme, un régime forfaitaire, type ALD (affection de longue durée). Il recommande aussi de rendre plus visible l'offre de soins grâce aux sites internet ressources (handissimo.fr, enfant-different.org, autismeinfoservice.fr...). Par ailleurs, la création d'un portail numérique unique " enfance et handicap " permettrait d'accéder plus facilement aux informations portant sur l'organisation de l'accompagnement, les dispositifs existants et l'offre d'accompagnement médico-social dans chaque département.

Des ressources à développer

Pour remédier au manque de places en établissement et éviter les ruptures de parcours scolaire, le recours systématique au plan d'accompagnement global est envisagé ainsi que la désignation d'un coordonnateur unique de parcours. Afin de simplifier les procédures et la mise en place des dispositifs (PPRE, PAI, PAP, PPS), la création d'un livret de parcours inclusif évolutif doit permettre d'intégrer les plans dont l'élève peut bénéficier et de simplifier les démarches administratives. Le CESE préconise également que les dispositifs d'aménagement et d'adaptation fassent l'objet, de façon continue, d'une analyse croisée associant les équipes pédagogiques, médicales, la famille et le jeune.

Numéros verts

L’Éducation nationale met à votre disposition toute l’année un numéro unique : 0 805 805 110 (service gratuit + prix d’un appel local).
Ce service est accessible aux personnes sourdes et malentendantes au 0 800 730 123

Ce numéro vert permet de joindre :

  • La cellule nationale "Aide handicap école" ;
  • Les cellules d’écoute et de réponse de vos départements, dans chaque Direction des services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN). Elles ont pour objectif d’informer les familles sur les dispositifs existants et le service public de l’école inclusive et de répondre sur le suivi du dossier des enfants.

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels